Pour Youth for Climate la transition doit être solidaire et fondée sur la démocratie et les droits humains. | Youth For Climate

Pour Youth for Climate la transition doit être solidaire et fondée sur la démocratie et les droits humains.

Ce 6 août 2019, Anuna De Wever, leader de Youth for Climate a donné une interview au magazine Knack/Le Vif. Cette interview relative aux prochaines actions de Youth for Climate a suscité, à notre regret, des inquiétudes et incompréhensions relatives au fait que le Vlaams Belang et la NVA devraient devenir des leaders du climat. Ceci résulte d’une mauvaise interprétation des propos de Anuna. Pour être très clair, Anuna et l’ensemble de l’équipe de Y4C demandent que le climat soit une priorité absolue pour tous les responsables politiques. L’allusion à la NVA et au VB ne répondait qu’à une question spécifique du journaliste et ne constitue en rien un appel à ces deux partis.  
Depuis le début de son action, Youth for Climate se veut a-partisan car la transition climatique et la justice climatique doivent nécessairement être l’affaire de tous. La transition que YFC demande doit être clairement fondée sur une société inclusive, solidaire et réconciliée avec elle-même, basée sur les valeurs de démocratie et des droits de l’homme. Les idées totalitaires, discriminatoires, nationalistes et inégalitaires ne font pas partie de la solution. Youth for Climate a marché et marchera avec un message clair et déterminé de défense des ressources de la planète dans un souci d’équité. YFC refuse les abus de l’exploitation des ressources limitées de la terre et les abus humains qui en découlent. 
Youth for Climate reste convaincu que la crise climatique constitue le plus grand défi auquel l’humanité doit faire face. Il s’agit d’un combat urgent à mener et mettre son énergie dans des querelles entre mouvements desservirait la cause. Youth for Climate déplore des accusations et amalgames récents dans les médias et réseaux sociaux basés sur des raccourcis et phrases sorties de leur contexte. Cela sème la confusion sur l’engagement pourtant clair de Youth for Climate. 

De nombreux jeunes en marchant ou en s’investissant dans des actions climatiques ont montré leur engagement politique (au sens large) sans entrer dans une guerre de partis. Ce faisant, ils ont montré là une nouvelle manière de créer du collectif et mis en germe une politique du 21ème siècle. YFC n’a pas la naïveté de penser que tous les jeunes ont les mêmes avis ou les mêmes manières d’imaginer le futur, cependant YFC ose croire en la possibilité de lutter ensemble pour mener la transition vitale à tous et en la possibilité du dialogue (échange de points de vue différents) entre jeunes pour créer le monde d’aujourd’hui et de demain. 
Youth for Climate espère que lors de la prochaine législature, le climat et la justice climatique seront les premières des priorités et que le plan climat, élaboré par le groupe de scientifiques, sera mis en œuvre.  
Pour poursuivre ce combat, Youth for Climate a accepté l’invitation de se rendre à la COP au Chili en automne. La délégation de Youth for Climate prévoit de s’y rendre en voilier ce qui consomme bien évidemment moins de CO2 qu’un avion (contrairement à ce qui est mentionné dans l’article du Knack/le Vif).
Enfin, nous sommes également convaincus que les jeunes pour le climat – contrairement à ce que laisse sous-entendre l’article du Knack/Le Vif – ont obtenu d’énormes résultats en remettant la crise climatique au centre du débat politique et citoyen. Tous les jours nous observons des initiatives citoyennes ou d’entreprises investissant dans la transition écologique. Un énorme travail reste par contre, à faire pour atteindre les objectifs d’une société sans carbone. Une large partie de la population se mobilise déjà, nous attendons maintenant des avancées ambitieuses du monde politique, c’est pour cette raison que la mobilisation se poursuivra dès septembre.